3kg de nouvelles perspectives

Et KWA MAKA ? Je ne vais pas tourner autour du pot bien longtemps : MAKA is dead. Long live MAKA ! Enfin ça j'en sais rien. Ce qui est sûr c'est que ça sera sans moi.-auto eject-

11357155_10152878508725069_6293956172308042230_o by .
11357155_10152878508725069_6293956172308042230_o by .

J'ai décidé de me retirer du projet pour diverses raisons qui resteront entre mon (ex)associé et moi-même. En simple, nous sommes arrivés au constat que nous n'avions pas de dynamique commune et qu'un projet ensemble n'avait donc plus de sens.

On ne quitte pas un projet de création de société sur un seul coup de tête. Vous imaginerez donc sans grande difficulté que je viens de traverser une période assez "noire" dans ma carrière professionnelle. Mon esprit, livré à une sérieuse remise en question, s'est empli de doutes. Mes compétences, mes envies, mon avenir, mon expérience, mes opportunités,... tout y est passé. Laissant devant moi un flou pas très artistique. Qui a éteint la lumière putain ?

Pour couronner le tout, une nouvelle (de quelques millimètres à l'époque) est venue bousculer mon cocotier neuronal, pile au moment où j'ai décidé de quitter le projet MAKA. La nouvelle fait aujourd'hui 19 centimètres et devrait atteindre les 3kg d'ici la fin de l'année 2015. God, je vais être père !

baby by .
baby by .

Bruxelles, Mai 2015, je décide de quitter MAKA, me laissant sans revenu fixe. Je me donne jusque Novembre 2015 pour stabiliser la situation et je commence une série d'entretiens d'embauche. A la recherche d'une solution hybride qui me permette d'assurer mes arrières tout en pouvant continuer ma carrière de freelance. J'ai passé plus d'entretiens en deux mois que sur les 7 dernières années de mon existence. Pour chaque candidature ayant débouché sur un rendez-vous j'ai systématiquement "survécu" jusqu'au dernier tour. Trois rounds plus tard, aucune proposition concrète ne vient frapper ma boite mèl. C'est comme si je passais mes journées sur Tinder sans jamais tirer... le gros lot.

Bruxelles, Juin 2015, je commence à apprendre à jouer de l'accordéon pour mendier dans le métro. Le week-end je jongle aux feux rouges du piétonnier. Mes progrès sont fulgurants.

Bruxelles, Juillet 2015, je reçois un coup de fil salvateur. Je serai engagé avant fin 2015 à mi-temps ! Je ne peux publiquement pas vous dire grand chose de cet employeur pour le moment. Mais sachez que j'ai dansé la lambada en raccrochant mon iPhone... Il s'agit en effet d'une entreprise phare pour moi. Cette fois rien à voir avec la jongle et l'accordéon, ma carrière de "cirque urbain" touche heureusement ici à sa fin. C'était ni beau à voir ni à entendre, faites-moi confiance. Vous n'avez rien raté.

Je vois la lumière au bout du tunnel... Une solution me permettant de mixer mon activité d'indépendant avec une rentrée fixe va doucement se mettre en place. J'étais prêt à accepter un boulot "chiant" pour nourrir le futur mini-me et je me retrouve finalement  avec un job qui sera épanouissant (et je n'en doute pas... épuisant :-D).

Une sale histoire qui se finit bien. Je m'en vais de MAKA en bons termes avec mon ex-associé. La tête sereine et pleine de projets réjouissants. Happy-end. J'en retiens  que ce n'est décidément pas la chute qui fait l'échec. L'important c'est de se relever. "Tombe sept fois, relève toi huit" dit le proverbe Chinois. Je finirai par me le faire tatouer celui-là.

Il me reste donc pas mal de choses à préparer, à finaliser avant de commencer ces nouvelles aventures : renouveau de mon blog et de mon site, un nouveau business model à tester, des workshops et collaborations, une chambre à tapisser, une cave à vider, maîtriser l'art du pliage / dépliage de poussette, ...

Stay tunned, vais-je dire. Peace out les gens.

#futurdaddy #daddydaddycool