A l'aventure compagnon !

Lors de mon article "bilan" un an après mon lancement en tant qu'indépendant complémentaire, je t'avais laissé, cher lecteur, avec l'annonce d'une big news dans les jours prochains... Et bien petit veinard, toi qui me lis, sache que ça y est, les "jours prochains" c'est maintenant. Assieds-toi confortablement, fais péter les chips et le 6 pack, ceci est un article festif ! Yipaaaaa.

Certes j'ai déjà pas mal vendu la mèche autour de moi, du coup cet article risque de faire l'effet d'un pétard mouillé. Mais soit ! En l'écrivant je me sens comme Frodon partant à l'aventure dans le Mordor, l'anneau unique pendu à son cou.

Par contre, c'est avec moins de terreur au bide et un Fuji autour du cou que je me lance dans mon épopée :

Je quitte mon boulot pour me lancer indépendant temps plein !

Et BAM !

Tu le sens ce petit goût salé sur tes lèvres ? C'est l'air du grand large matelot, hisse les esparbecs, on lève l'ancre ! C'est la conquête de l'Ouest baby.

confusius

Laisse-moi te confesser l'un de mes péchés l'ami puisque tu fais l'effort de me lire : Je n'aime pas travailler ! Et pourtant je suis considéré par la majorité de mes proches comme un bosseur. Certains sont guidés par leur foi, moi ce sont mes tripes qui me font marcher. Je suis tout simplement mû par la passion. J'aime mon boulot, mais il n'y a rien à faire, cette passion qu'est la photographie est venue me ronger au plus profond de mon être.

Je ne regrette aucune étape de mon parcours actuel et je ne considère pas ce revirement comme un changement de cap, mais tout simplement la continuité d'une route qui n'est pas tracée d'avance.

Provoquant le destin, une opportunité s'est dressée devant moi, une main tendue prête à me faire monter dans un navire faisant cap sur la liberté. Freeeeeeeedom s'écria William Wallace.

Je suis de ceux qui pensent qu'il faut tenter de réaliser ses rêves. De toute façon, je suis assez rêveur que pour garder des rêves irréalistes en cale. Alors j'ai sauté dans ce navire, un sabre entre les dents. JE N'AI PLUS PEUR DE RIEN !

Je mens, mon humeur est empreinte d'excitation et de peur de l'inconnu. La peur de se planter est ce qui nous paralyse et nous condamne à rester ce que nous sommes sans l'espoir d'évoluer. Moi, à force de me planter, j'ai appris à me relever. Du coup aujourd'hui, au fond de moi, là-bas bien loin entre deux tripes, je suis confiant.

Il n'y a pas de raison que je me plante. J'ai acquis au fil des ans une certaine expérience et je reste finalement dans un domaine professionnel proche de mon actuel job. Du coup, je n'abandonne pas mon bagage professionnel sur le ponton.

voltaire

Pour parler plus concrètement de mon projet : je fonde avec Arnaud Collette (déjà fondateur de McArnolds) une société de production visuelle (photo & video). Avec un peu de classe et d'emballage on dira que nous faisons du "still & motion storytelling".

Le bébé s'appellera "MAKA", et il est à découvrir ici : www.wearemaka.com. Ok, je sais, il n'y a pas encore grand chose à se mettre sous la dent mais tu ne vas pas me faire une crise de tétanie ici sur mon blog ? Hein tu patientes comme tout le monde. Je m'y mets sérieusement dès le 16 juin, ça vient !

Ma première priorité sera de préparer un lancement réussi. Une communication propre et impactante. Cela tombe bien, c'est mon métier. Enfin, c'était :-).

Ensuite je suis ravis de pouvoir me consacrer pleinement à ma passion et d'être enfin en mesure de consacrer du temps à améliorer mes compétences et perfectionner mes capacités.

Je suis particulièrement excité à l'idée d'apprendre à mieux façonner la lumière pour des projets vidéos. Transformant mon titre de "photographe" à "director of photography". Je ne me donne que quelques mois pour arriver à la cheville de Khalid Mohtaseb. Hell yeah, ça va bosser sec.

Cet été j'ai pour projet aussi de socialiser et de rencontrer / retrouver un tas de bonnes têtes. Que tu sois client potentiel ou collaborateur potentiel, mail-moi qu'on se jette une mousse dans le gosier.

Ma mission selon moi sera également dans un premier temps de définir le style visuel produit par MAKA. Je suis conscient d'avoir trouvé ma patte en photo et je ne tiens pas à la perdre mais il est clair que MAKA devra avoir sa propre patte également. Peut-être proposer quelques chose de plus facilement acceptable d'un point de vue "tout public". A méditer.

Bien qu'il soit un peu prétentieux de m'auto-qualifier de "grand homme", après tout 1m76 ce n'est pas bien grand, je n'ai pas trouvé de meilleure citation pour entamer la partie remerciements de ma diserte.

Il ne m'aurait pas été possible de me lancer à l'aventure si je n'avais personne avec qui évoquer mes craintes, frustrations et doutes. Et croyez-moi tout travail qui implique un processus créatif génère des doutes et des frustrations ! Ma petite femme a toujours été là pour m'écouter, m'encourager et me soutenir. Elle fait également preuve d'énormément de patience et de tolérance lorsque je la trompe avec mon unique maîtresse : la photographie. Bref merci poupousse ;-).

Merci aussi à ceux qui m'ont inspiré / guidé, que ça soit photographiquement ou "entrepreneurialement". En vrac : Joey L, mes anciens collègues et employeurs (Cherry and Cake, 1MD), Vincent, Pierre Cimburek, Xavier Portela, Aloha Fred, Thomas Riguelle, Pierre Vauvillier, Zack Arias, Gary Fong et... bordel j'aurais pas du me lancer dans une liste nominative, j'ai forcément oublié du monde !

C'est pas tout ça, c'est bien beau de commencer par un discours digne de la cérémonie des Oscars, il est temps de s'y mettre sérieusement ! Il faut maintenant créer au lieu de parler. Je vous laisse, on se revoit vite.